Fodé Konaté, 40 ans, père de 3 enfants. Mamadou Malal Diallo, 35 ans, 2 enfants. Deux Mamadou Lamarana Diallo : l’un est âgé de 45 ans et est père de 6 enfants, l’autre, 27 ans, a laissé derrière lui un enfant. Ils sont les quatre exploitants forestiers portés disparus en Casamance depuis une quinzaine de jours.

 

Partis le 5 août chercher des fruits dans la forêt de Boutoupa Camaracounda, frontalière à la Guinée-Bissau, ils n’ont pas encore retrouvé leurs familles. Mamadou Lamarana Dieng, leur ancien compagnon et parent, dit avoir perdu tout espoir de les retrouver. “La zone est réputée très dangereuse, nous n’avons aucun espoir de les retrouver vivants”, pronostique-t-il.

À ce désespoir s’ajoute l’absence de soutien moral et psychologique des autorités locales et étatiques. “Personne n’est venu nous remonter le moral, nous soutenir dans ces moments difficiles, regrette Dieng. Nous n’aurons pas le cœur à la fête parce que nous ne pouvons  pas célébrer la Tabaski dans la joie pendant que nous ignorons exactement ce qu’il advenu de nos frères.”

Selon une source anonyme, les quatre exploitants auraient contourné les cantonnements militaires de Samic et de Boutoupa Camaracounda pour échapper au contrôle des militaires qui interdisent aux populations d’accéder dans cette zone rouge. La même source renseigne que, malgré tout, l’armée et la gendarmerie poursuivent sans relâche la recherche et le ratissage dans la localité pour retrouver les traces des disparus.

Toutefois, se désole notre interlocuteur, il y a peu d’espoir, de les retrouver vivants dans la forêt, après 14 jours sans eau ni nourriture.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here